Maitrise de Saint-Christophe de Javel, Paris - Presse - Quinze



Paru dans « Quinze » (n° 3)

Henri Chalet, une histoire de fidélité ; de l'enfant du chœur au maître de chapelle

    Organiste et chef de chœur à Saint Christophe de Javel, Henri Chalet, à 25 ans, est un musicien surdoué. De sa fidélité à la Maîtrise des Petits Chanteurs de Saint Christophe, qu'il a rejointe à l'âge de huit ans, il a fait sa vocation, son métier.

    L'engagement, chez Henri Chalet, est synonyme de fidélité, de loyauté à l'égard du groupe qui a déterminé sa vocation : la Maîtrise des Petits Chanteurs de Javel. « J'y suis entré à l'âge de huit ans, en 1991, et j'y suis toujours », dit-il simplement. « Ma mère m'avait promis de me mettre au chœur de Saint Christophe à l'âge de 7 ans et un jour, les choses sont venues naturellement. Je prenais un plaisir fou à chanter et, progressivement, j'ai gravi les échelons : soprano, soliste et, ensuite, la musique, l'orgue et la direction de chœur ». Un homme a su cristalliser cette passion précoce : Lionel Sow, devenu lui-même chef de maîtrise dans la paroisse de Javel à l'âge de 17 ans, en 1995, à la suite de Joël Sibille. Ce musicien prometteur dirige aujourd'hui la maîtrise de Notre Dame de Paris, dans laquelle Henri Chalet, décidément présent partout, chante encore.

    En 2008, si l'église de Saint Christophe fête ses cent ans, la manécanterie elle, soufflera ses cinquante bougies. Déjà fondateur de la manécanterie de Saint Ferdinand des Ternes, Claude Sommaire, organiste de formation, créa en 1955, sur le modèle des Petits Chanteurs à la Croix de Bois, cette manécanterie dans un quartier encore fortement industriel, dominé par l'Imprimerie Nationale et l'usine Citroën où l'on commençait à produire les DS. Le chœur à voix mixtes compta bientôt un effectif de cinquante chanteurs.

    Depuis 2006, Caroline Marçot, musicienne et compositeur de musique contemporaine, a pris la direction du chœur Caecilia, le chœur féminin de Saint Christophe, et Henri Chalet, co-titulaire des grandes orgues de l'église Notre Dame de Versailles, celle du chœur masculin. Mais il serait sans doute trop banal pour ce garçon souriant, doté d'une formidable énergie, d'en rester là. Prix d'harmonie, de contrepoint, de polyphonie de la Renaissance, d'orchestration et d'analyse au Conservatoire National Supérieur de la Villette, il est également lauréat d'un premier Prix d'orgue au C.N.R. de Boulogne, en 2005. Sans omettre l'étude du chant grégorien. « Je voulais être complet musicalement » avoue-t-il. « Et pour moi, atteindre cet objectif, c'est être maître de chapelle. Etre à la fois chef de chœur et organiste… » Actuellement il prépare le prix de Direction de Chœur au Conservatoire National Supérieur de Lyon : « C'est le seul conservatoire qui forme des chefs de chœur. Nous ne sommes pas très nombreux à préparer ce prix : deux ou trois chaque année. »

    Ouvert à tous

    Partageant sa vie entre Lyon, Versailles, Boulogne et le quartier de Javel, Henri Chalet milite ardemment pour la renaissance de l'activité chorale en France. « Nous avons toujours chanté dans les églises », observe-t-il. « Du Moyen Age à nos jours. Les maîtrises étaient implantées partout jusqu'à la Révolution. Notre retard par rapport à l'Angleterre et à l'Allemagne remonte à cette période. Nous remontons aujourd'hui la pente, mais nous venons de loin. Beaucoup de diocèses cherchent à créer des manécanteries ». Un chœur est aussi une école de la vie, un apprentissage vertueux. « On est actif dans le chœur », poursuit Henri Chalet. « Chacun développe ses possibilités dans un esprit de groupe. Tous les ans, nous allons à Vallorcine, en Haute Savoie, tous ensemble, pour travailler. Cela permet d'intégrer les nouveaux dans le groupe qui comprend une trentaine de chanteurs, de 8 à 30 ans. Nous prenons tout le monde et c'est au chef de chœur d'être compétent pour faire s'épanouir le chanteur ».

    Le chœur de Saint Christophe a participé à la programmation « jeune public » de l'Opéra Bastille pour deux spectacles musicaux : le Sourire au pied de l'échelle, d'après Henry Miller, et der Mond, sur une musique de Carl Orff : « à chaque fois, nous avons donné huit représentations. Depuis deux ans, nous avons mis en place des ateliers d'éveil musical pour les 4/6 ans et un chœur préparatoire pour les 6/8 ans. Il faut prendre les enfants le plus tôt possible et créer en eux une exigence qu'on ne trouve plus….Pour s'épanouir, il ne faut pas un trop grand chœur. Mieux vaut plusieurs chœurs petits et doués qu'un grand chœur insuffisamment formé. »

    Pour Henri Chalet, la mission éducative du chant est essentielle. C'est l'éthique même de sa vocation musicale : « Ce travail d'éducation, d'éveil de la personnalité au sein du groupe est incomparable. Il faut respecter son voisin et assumer un travail commun sans se limiter soi-même. Vivre l'expérience d'un chœur rend les gens plus réactifs et plus solidaires. Cet ensemble n'a pas de limites. Sauf celles du budget… »

Conception et réalisation : Alexandre Lefaure

Plaquette






Photos des chœurs




Soyez prévenus des concerts par email

Votre adresse email :